Avec la crise des Gilets Jaunes, chaque jour un membre du gouvernement dénonce des actes et des individus venus attaquer la République.

Et pourtant, La République française a été bâtie sur la commune, c’est le pilier de la République et le creuset de la démocratie. Les apôtres de l’ancien régime féodal et oligarchique entendent détruire les communes. Force est de constater que ce sont eux qui attaquent la République à ses racines, en somme ce sont eux les anti-Républicains.

Oui, l’existence même de la commune est menacée, et il n’y a aucune exagération dans ma déclaration :

– Nombre de maires en exercice désemparés par les choix politiques d’Emmanuel Macron et du gouvernement annoncent lors des vœux de début d’année leur intention de ne pas se représenter en 2020

– De nombreuses communes, face aux difficultés financières croissante, ont fait le choix malheureux de la fusion.

Pourquoi ?

Après avoir baissé de manière brutale et massive les dotations depuis 2014, le gouvernement supprime maintenant la taxe d’habitation, une des dernières sources de financement local des communes. De nombreuses communes se retrouvent asphyxiées.

La commune est le dernier rempart qui protège le citoyen contre la mondialisation et le libéralisme. Ceux qui ont voté des lois de plus en plus démentielles concernant l’organisation du territoire et qui ont pour effet la mort de la commune sont les « déracineurs » de notre histoire, de notre culture et de nos traditions

La crise des Gilets Jaunes révèle que les citoyens français ont soif d’engagement, soif de démocratie. La restauration de la confiance entre la République, le pouvoir politique et les citoyens se fera autour de l’instauration du Référendum Initiative Citoyenne ainsi que par la restauration des pleins droits de la commune.

Fini la casse de l’organisation territoriale de notre pays, nous voulons renouer avec l’amour de nos territoires et nos traditions locales, nos campagnes et nos paysages, nos villages et notre patrimoine.

A chaque scrutin, je défends l’instauration d’un bouclier rural pour lutter contre les inégalités sociales, économiques, culturelles et territoriales dont les citoyens du monde rural sont victimes.

La commune, le maire et son équipe municipale sont la base de ce bouclier rural. Par leur proximité avec les habitants, ce sont eux qui connaissent le mieux leurs difficultés et qui très souvent leur apportent des solutions.

Le maire doit être, et doit rester, maître de son territoire. Il est le premier rempart face aux fléaux de la vie que peuvent connaître ses administrés. Chaque jour des maires ruraux se battent pour que survivent leurs villages. Il est indispensable de renouer avec la défense de nos territoires en favorisant l’installation et le maintien de commerces et de services accessibles par tous et pour tous.